Rhho, je sais, certains passeront vite leur chemin en se disant « encore une qui se fait bouffer, c’est à la mode en ce moment » bah oui, peut-être, que de plus en plus de parents écoutent les besoins de leurs touts petits, mais vraiment je ne crois pas que ce soit quelque chose de passager, que l’on puisse changer, nous sommes ainsi, et ce mode de vie nous ne l’avons pas vraiment choisi il nous est tombé dessus parce qu’il nous est naturel. Ah oui, je sais, il y en a qui font des bonds à l’idée même que j’endorme les enfants dans mes bras la plupart du temps, et que jamais je ne les laisse pleurer dans leur lit et pour cause : nous pratiquons le co-sleeping !!

Entre le laisse le pleurer il finira bien par s’endormir (soit mais dans ce cas ne surtout pas essayer de savoir ce que bébé ressent en s’endormant épuisé par les pleurs), les « mais tu les laisses pas dormir avec toi quand même ils sauront jamais se débrouiller seuls. » y a des jours je me dis que je vis à des années lumières de tous ces gens. Que rien ne sert de leur expliquer mon point de vue puisqu’ils ne m’écoutent plus depuis longtemps, persuadés que je gâche l’autonomie et le bien être de mes enfants, oh et puis sûrement aussi, je dois être un peu immorale pour eux.. partager mon lit (euh celui de chéri aussi d’ailleurs !) C’est vrai que les pays pratiquant le co-sleeping entraîne depuis des années une population désœuvrée, inadaptée etc. Quoi j’y vais un peu fort ? Ah tout de suite on ne peut pas comparer. Bref vous l’aurez compris une majorité des gens avec qui j’en parle rendent le dialogue impossible vu qu’ils refusent de s’ouvrir à d’autres possibilités. Et pourtant, chez nous, je crois que c’est ce qui nous convient le mieux, c’est une conviction profonde que je ne laisse plus être remise en cause.

Pourtant, si je me fie à leur air de compassion, il est grand temps que je reprenne tout ça en main car mes enfants courent vers la déchéance. Soit mais on n’est pas petit toute sa vie et plus tard ils sauront exprimer leur besoin, trouver des « objets » pour compenser mon absence, là ils ne peuvent pas. Du moins, je ne veux pas d’un enfant qui pense que sa maman n’est pas disponible pour lui, quand mon enfant a faim je le nourris, quand il est sale, je le change, quand il a besoin de contact, je le garde contre moi, voilà tout. Et je suis sûre que le pouvoir du toucher n’est pas moindre dans leur éveil.

Non, petit loulou ne fait pas ses nuits à 10 mois et petite chérie les fait à peine à 26 mois alors… Je me réveille, je ne suis pas épuisée vu que j’ai un peu décidé de les élever, je suis maman et c’est tout, je n’ai donc aucune contrainte. Et comme à mon sens ça fait partie de leurs besoins, j’y réponds. Je verrai les choses autrement si j’allais au travail ou en cours le lendemain certes.. mais justement ce temps c’est mon luxe. Comment ça ils n’ont pas besoin de leur biberon en milieu de nuit ? Perso, je me lève été comme hiver pour boire de l’eau et leur père aussi. Et quand bien même ils n’ont pas soif, ils cherchent ma nuque et s’y enfouissent pour un câlin, à qui ça n’arrive pas de se lover contre son cher et tendre pour mieux dormir ???

Oh bon nombre a voulu m’apprendre à bien élever mes enfants, à ne pas céder à leur caprice et ce depuis qu’ils ont vu le jour, mais non, je me réserve le droit de n’en faire qu’à ma tête a priori il s’agit de mes enfants, c’est moi qui vis avec eux au jour le jour et tout va bien. S’ils ont besoin de dormir avec nous, de se réveiller la nuit, ils en ont besoin, et je me sens la responsabilité de répondre à ce besoin.  On me dira que je les infantilise, soit pourquoi pas ? mais je vois mes enfants aller vers les autres sans crainte, ils ne sont pas toujours collés à moi et je suis sûre que je ne les freine pas dans la quête de leur indépendance, je me pose par contre des questions sur cette société qui voudrait qu’un bébé soit déjà un enfant autonome ? Et puis il faut le savoir si le co- sleeping a été interdit par l’église au cours du moyen âge c’est surtout à cause des infanticides. La contraception est arrivée, les temps ont changé, nous n’en sommes plus à devoir réguler le nombre de membres de la famille pour pouvoir survivre en étouffant le petit dernier, alors je me demande simplement si on ne peut pas juste arrêter de forcer nos enfants à rentrer coûte que coûte dans un moule ?